Article des DNA du 18 avril 2009

dimanche 19 avril 2009 | 16:50

« L’école est en danger »

Près de 350 personnes ont formé une chaîne humaine hier vers 16 h 45, route des Romains, à Koenigshoffen, pour protester contre les menaces qui pèsent sur l’école.

« Sauvez notre école, notre école est en danger ! », scandent les enfants, encadrés par leurs parents et des enseignants, le long de la route des Romains, à Koenigshoffen. Bruno, grand-père dynamique et engagé, est là pour son petit Louis. Et il est ravi de voir affluer plus de 350 personnes.Chacun pourrait rentrer tranquillement chez soi, puisque c’est les vacances. Mais à l’initiative des parents d’élèves de la FCPE de Koenigshoffen, du Hohberg et des Poteries, tout le monde a décidé de rester, pour clamer haut et fort ses craintes pour l’éducation. Des pancartes s’affichent autour des cous : « L’école n’est pas une entreprise », « Non à notre exploitation, oui à notre éducation », « Touchez pas à nos directeurs », « Non aux réformes imposées »... « Nous on aime notre école », expliquent Coralie et sa copine Jalanne. Un peu plus loin, une maman proteste contre « le non-sens des suppressions de postes ». « S’il faut privilégier l’école privée, on n’est pas du tout d’accord ! ».

« La vie est déjà assez compliquée »

La maternelle menacée par les jardins d’éveil payants ? « La vie est déjà assez compliquée, il ne faut pas qu’il nous la compliquent encore, proteste Nazia, maman de Mounji, en moyenne section. Au lieu d’améliorer les choses, ils font tout le contraire. » Eric Elkouby, l’adjoint du quartier, s’est associé à la chaîne : « Parce que je considère aujourd’hui que l’école est en danger et que les réformes du gouvernement sont faites sans concertation ». « Très peu de gens sont au courant des réformes, explique un enseignant du quartier. Nous, on sent qu’il y a un véritable danger. » Il dénonce aussi les pressions de l’inspection académique pour les empêcher de poser des banderoles sur les écoles. De son côté, une responsable de la FCPE raconte avoir vu avec stupeur « l’inspecteur de circonscription s’imposer à une réunion à la maison. Maintenant, ils font même pression sur les parents ! » Un enseignant estime : « Ils veulent éviter à tout prix la connexion entre parents et enseignants, éviter qu’il y ait des mouvements, des discussions entre les gens ». Pour le coup, c’est complètement raté.

Charlotte Dorn